Au centre du défi de la digitalisation : le cerveau

Par Sofia El Mouderrib

Les entreprises font face à des défis majeurs en ce qui concerne leur capital humain. L’un des plus déroutants est celui de la digitalisation.

Au cours de la dernière décennie, les technologies domestiques et axées sur le consommateur, comme les téléphones et les téléviseurs intelligents, ont dépassé la plupart des technologies que les travailleurs utilisent en termes de design et d’expérience d’utilisateur. Ce décalage est ressenti par les employés, lesquels peuvent être frustrés par la lenteur, le manque de flexibilité et la mauvaise conception des interfaces avec lesquels ils doivent composer au quotidien. Par conséquent, les entreprises doivent rapidement s’adapter à cette nouvelle réalité.

Dans cette course à la digitalisation, les cadres d’entreprise responsables de ce changement ne devraient pas oublier que le principal outil que leurs employés utilisent lorsqu’ils interagissent avec la technologie est leur cerveau. Les émotions et la cognition sont sollicitées lorsque les humains interagissent avec un logiciel. L’interaction humain-ordinateur est le domaine qui étudie cette question depuis les années 80. Récemment, les neurosciences ont eu la tâche d’examiner les mécanismes neuronaux et cognitifs sous-jacents de cette relation virtuelle, révélant de manière encore plus claire les façons d’optimiser l’expérience employé et la productivité. Néanmoins, ce champ de recherche de pointe demeure méconnu du secteur de la gestion.

Par exemple, avec la démocratisation des neurotechnologies, il devient plus facile de mesurer la charge de travail cognitive des employés, soit la quantité d’effort mental nécessaire dans un temps donné, pendant qu’ils interagissent avec un logiciel. Cela permet de cibler les moments sujets aux erreurs et d’agir pour réduire les erreurs humaines et optimiser l’expérience employé. Plus important encore, étant donné que les employés interagissent avec différentes technologies en utilisant leur profil cognitif unique, des experts ayant des connaissances avancées en cognition humaine sont nécessaires pour évaluer efficacement le profil cognitif des employés et pour travailler dans des environnements dynamiques avec de multiples interfaces.

La valeur ajoutée que les neurosciences peuvent apporter aux compagnies en améliorant le bien-être et la performance de leurs ressources humaines est présentement grandement sous-estimée. C’est pourquoi nev, une firme de consultation en gestion du capital humain fondée par trois doctorantes en neuropsychologie, fut créée.

Notre équipe met à profit son expertise en neurosciences cognitives pour répondre aux besoins de votre organisation. Nous collaborons avec vous pour vous aider à relever les défis humains et organisationnels du 21e siècle à l’aide de prises de décisions basées sur les données.