Le cerveau humain : réel moteur de l’intelligence artificielle

Par Laurence Dumont, PhD

L’intelligence artificielle représente le début d’une révolution de taille, notamment dans le monde du travail. Chaque jour, des dizaines de logiciels, applications et nouveaux services basés sur l’IA apparaissent sur le marché. Mais quels sont les réels défis et opportunités de l’intelligence artificielle pour le secteur de la gestion du capital humain?

Les défis humains

Plusieurs difficultés techniques sont liées à la création d’algorithmes d’intelligence artificielle, comme la puissance démesurée des ordinateurs devant soutenir l’apprentissage profond à travers d’immenses bases de données. S’ajoute à ces difficultés celle de considérer l’aspect humain dans la création des algorithmes. En effet, même si les intentions humaines derrière un algorithme sont positives, les résultats de son apprentissage peuvent parfois générer des conséquences indésirables.

C’est le cas d’un système d’aide à la décision en justice développé aux États-Unis. Celui-ci avait pour mission d’améliorer la prédiction des récidives en rendant le processus décisionnel des juges plus objectif. Toutefois, l’algorithme s’est mis à présenter un fort biais ethnique.

Comment est-ce possible? Les algorithmes sont créés et nourris à partir des données fournies par l’humain. Ils auront donc tendance à reproduire les biais décisionnels du passé si cet aspect humain n’est pas pris en compte dans leur conception.

Les opportunités en gestion du capital humain

Les applications de l’IA à la gestion du capital humain sont nombreuses, un exemple étant la capacité de prédire le développement des employés au sein d’une entreprise. Ceci est possible grâce aux algorithmes pouvant extraire les tendances parmi la masse de données générée par l’évaluation de la performance et les mesures de satisfaction des employés, entre autres.
Dans un contexte de pénurie des talents, l’utilisation de l’IA pour optimiser la gestion du capital humain est un levier de performance qui sera bientôt incontournable.

Toutefois, plusieurs enjeux sont à prévoir. Par exemple, l’application de l’IA dans le processus de gestion des talents connaitra des problématiques similaires à celles retrouvées dans le système de justice. Les données du passé présentent des biais envers le recrutement des femmes dans certains secteurs et postes, un plafond de verre dans leur développement au sein même des entreprises, et plusieurs biais ethniques.

D’ici à ce que les experts en IA trouvent des solutions permettant d’encourager les efforts de diversité et d’inclusion en entreprise, les départements des ressources humaines devront demeurer des remparts à ces biais en développant des systèmes de contrôle.

L’apport des neurosciences

Afin d’éviter que l’IA ne reproduise les erreurs humaines en raison d’algorithmes comportant des biais, une compréhension profonde du fonctionnement du cerveau humain et de ses mécanismes de raisonnement et prise de décision est nécessaire.

Ces connaissances, issues des neurosciences, peuvent aider à mieux comprendre la source des biais présents dans les bases de données et soutenir les décideurs RH pour bien interpréter et mettre en contexte les résultats obtenus grâce aux solutions technologiques en IA.

Les experts en neurosciences sont donc des alliés stratégiques pour la révolution de l’IA dans la gestion du capital humain parce qu’en définitive, le cerveau humain demeurera le réel moteur de l’intelligence artificielle.

L’équipe de nev peut vous soutenir dans le développement et le maintien d’un programme de recrutement intelligent, rigoureux et inclusif dans le cadre de ses services de consultation et d’analytique des données. Contactez-nous pour une évaluation gratuite de vos besoins.